Vous souhaitez intégrer un bureau d’études mais ne savez pas quelle méthode adopter ? Tom, Dessinateur de produits industriels nous raconte comment s’est passée son intégration chez Tohtem suite à son parcours en alternance et pourquoi il considère cette voie comme la meilleure pour l’apprentissage et l’entrée en vie active.

 

 

1. Peux-tu me présenter brièvement ton parcours (formations, diplômes, scolarité…) ?

Je m’appelle Tom et j’ai eu 24 ans cette année.

J’ai commencé mes études par un Bac professionnel étude et définition des produits industriels dans le but de devenir dessinateur industriel. À la fin de ce baccalauréat, je me suis dirigé vers un BTS conception de produits industriels. J’ai fait une première année en initial, cependant je me suis aperçu que cela ne me convenait pas. Alors j’ai recommencé le même BTS mais cette fois ci en alternance. À la fin de ces deux ans, je me suis dirigé vers une Licence professionnelle conception de systèmes mécaniques également en alternance. À la fin de cette année j’ai obtenu mon diplôme.

 

2. Pourquoi avoir choisi l’alternance pour tes études supérieures ?

J’ai choisi l’alternance parce que j’avais du mal à n’apprendre que la théorie, je voulais allier la théorie avec la pratique. Le seul moyen d’atteindre cet objectif c’était de faire de l’alternance, de pouvoir être dans le milieu scolaire mais également dans le milieu professionnel. Je me suis aussi dit que ça permettrait de m’adapter à la vie professionnelle pour l’avenir, de voir comment on travaille dans un milieu tel que le bureau d’études afin de m’intégrer plus rapidement et plus facilement.

 

3. Est-ce que les missions qui t’ont été confiées correspondaient bien aux exigences de tes formations et à tes aspirations ?

En BTS, j’étais dans une formation basée sur la mécanique et lors de mon alternance, je me suis retrouvé dans une entreprise qui travaillait essentiellement dans le plastique. C’était donc une découverte du milieu.

Au départ, il y a eu un petit problème avec ma formation parce que ce n’était pas assez basé sur la mécanique. Finalement, j’ai eu un projet qui était de développer une machine spéciale justement pour traiter et réaliser des tests sur des pièces plastique.

En licence, j’ai eu un projet sur de la conception pure d’un système entièrement mécanique à base de tôlerie et de pièces d’assemblage de tous types, donc ça correspondait vraiment bien à la formation.

J’ai appris énormément de choses, surtout en BTS, avec le fait de voir un autre domaine que la mécanique pure et de l’associer avec le domaine plastique. Cela m’a permis d’apprendre de nouvelles pratiques en termes de conception.

 

4. Avec le recul, est-ce que ton parcours en alternance a vraiment constitué un atout pour trouver plus facilement un emploi ?

Oui, complètement. En alternance on est formé à travailler en milieu professionnel, on m’a appris à faire des entretiens d’embauche, à intégrer facilement un bureau d’études, à travailler en équipe, à concrétiser un projet en équipe tout en étant autonome.

Je pense également, que ça a énormément joué sur le fait de trouver un employeur parce que les entreprises préfèrent recruter quelqu’un qui a déjà qui a une première expérience.

Par ailleurs, les projets dans lesquels j’ai travaillé durant mes années d’alternances sont une aide pour les entretiens. Parce que je peux montrer concrètement ce que j’ai fait en Bureau d’Etudes lors des mes années de BTS et Licence et voir si ça pouvait éventuellement convenir aux postes pour lesquels je postulais.

 

5. Tes alternances se sont plutôt déroulées dans de grandes entreprises, quelles sont les différences notables avec une structure à taille humaine comme Tohtem ?

D’un point de vue personnel, je préfère les PME parce qu’il y a un côté plus humain, tout le monde se connait et c’est plus facile pour se parler. Elles ont également un côté familial et plus convivial pour travailler.

Je pense que c’est plus bénéfique de travailler en PME, parce qu’on peut aller voir différents services alors qu’en grande entreprise, on ne reste qu’au BE et on ne parle qu’avec des personnes qui y sont. De plus en PME, comme je peux l’expérimenter chez Tohtem, on a beaucoup de polyvalence dans les métiers, par exemple je travaille avec des ingénieurs robotique, des ingénieurs plasturgie, des ingénieurs avec des parcours différents. Toutes ces connaissances regroupées font qu’on apprend d’autant plus.

Par ailleurs, lorsque j’étais en grande entreprise, je ne restais que sur deux missions. Alors qu’en PME, comme ici chez Tohtem, je peux très bien faire de la conception, de la mise en plan, faire de la vérification de pièces, etc. Je vois certaines choses que je n’aurais pas vues dans des grandes entreprises.

Enfin, la réactivité change énormément, par exemple chez Tohtem, si j’ai une question spécifique à poser, je vais avoir une réponse tout de suite. Dans les grandes entreprises, ça va être plus compliqué puisque les personnes ne sont pas toujours disposées à aider par manque de disponibilité.

 

6. Tu as intégré Tohtem après une candidature spontanée, à la suite de laquelle tu t’es vu proposer un parcours de préparation opérationnelle à l’emploi : Que peux-tu nous dire de cette phase d’intégration ? En termes d’accueil, d’accompagnement, d’apprentissage ?

Je dirais qu’en termes d’accueil, c’est plus facile d’arriver par une phase de formation, parce que ça réduit le stress, on se dit qu’on arrive en entreprise pour être formé et aidé pour ensuite satisfaire les besoins de l’entreprise. Si ça fonctionne, on peut déboucher sur un CDI, comme ce qui m’est arrivé, mon premier CDI !

Donc cela m’a énormément aidé pour mon apprentissage, parce que sans ça, je n’aurais peut-être pas pu m’intégrer dans l’entreprise aussi facilement. De plus, le fait que différents ingénieurs aient partagé leurs connaissances, ça m’a permis d’être intégré directement dans plusieurs projets.

Je me suis vraiment senti accompagné et aidé par tout le monde, dès que je suis arrivé dans le Bureau d’Etudes, on m’a tout de suite mis à l’aise, on m’a expliqué comment j’allais travailler, ce qu’il fallait que je fasse comment il fallait que je fasse. On m’a donnée de la documentation pour me former comme c’était un domaine que je n’avais pas étudié à l’école.

___________________

« Ils ont été hyper accueillants ! »

___________________

 

7. Parle-moi du projet sur lequel tu travailles en ce moment ?

J’ai travaillé sur une partie de Winky. J’ai reçu des données clients, c’est-à-dire des fichiers en maillage sur logiciels de CAO. Celles-ci concernaient les oreilles et les pieds du robot. Ce que je devais faire, c’était la conception 3D des pièces plastique pour avoir un fichier volumique avec un système d’attache que je devais créer, et ceux pour tous les différents types d’oreilles et de pieds pqui seront amovibles pour que l’enfant puisse les changer à sa guise.

La contrainte était que l’on devait respecter le design tout en rigidifiant les oreilles donc il fallait faire en sorte que l’on est des nervures à l’intérieur pour conserver l’esthétique pouvoir les assembler facilement entre eux.

J’ai aussi dû faire les chaînes de côtes, elles permettent de respecter les jeux entre les pièces avec précision.

 

___________________

« C’est la diversité des projets qui me

donne envie de venir tous les matins ! »

__________________

 

8. Qu’est-ce qui te fait te lever le matin pour venir ?

Je dirais que c’est la variété des projets, je trouve vraiment bien de se retrouver dans une entreprise qui possède pleins de projets différents. Surtout que l’on travaille avec des start-ups, on a des projets innovants et cools car ce sont des choses qu’on ne voit pas dans le quotidien, notamment pour le robot Winky. Ce qui est intéressant est le fait de travailler sur un robot qui va aider les enfants à apprendre. Je dirais donc que c’est la diversité des projets qui me donne envie de venir tous les matins !

 

9. Comment vois-tu ton avenir chez Tohtem ?

Pour l’instant mon but et de rester le plus longtemps chez Tohtem parce que je m’y sens très bien.

 

10. Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite s’orienter vers ton métier ?

Si je devais donner un conseil pour quelqu’un qui aimerait devenir Dessinateur Projeteur c’est de faire ses études en alternance, c’est vraiment le meilleur moyen d’allier la théorie avec la pratique. En plus, on s’adapte à un milieu professionnel, c’est toujours bénéfique. C’est plus facile de faire de l’alternance, d’acquérir de l’expérience afin d’intégrer un BE.

 

Merci Tom de nous avoir fait part de ton expérience !